éclore


éclore

éclore [ eklɔr ] v. intr. <conjug. : 45; rare sauf au prés., inf. et p. p.>
• v. 1170; lat. pop. °exclaudere, class. excludere « faire sortir »
1Sortir de l'œuf. Les poussins sont éclos. « Quelques-uns, comme les serins, éclosent au bout de treize ou quatorze jours » (Buffon).
Par ext. S'ouvrir, en parlant de l'œuf. L'œuf est éclos. Faire éclore des œufs. incubation. (Avec l'auxil. avoir) Les œufs ont éclos.
2Se dit d'une fleur en bouton qui s'ouvre. s'épanouir, fleurir. P. p. adj. Une fleur à peine éclose, fraîche éclose.
3Fig. Naître, paraître. « Après la froide nuit, vous verrez l'aube éclore » (Hugo). Faire éclore : révéler, susciter. « La sympathie peut faire éclore bien des qualités somnolentes » (A. Gide).
⊗ CONTR. Faner (se). Disparaître.

éclore verbe intransitif (latin populaire exclaudere, du latin classique excludere, chasser, rejeter) Sortir de son œuf : Poussins qui viennent d'éclore. S'ouvrir, de manière à laisser sortir l'animal qu'il contient, en parlant de l'œuf : Œufs tout juste éclos. S'ouvrir, fleurir, s'épanouir : La fleur de l'églantier voit ses bourgeons éclore. Littéraire. Se manifester : Une idée a éclos dans son esprit.éclore (difficultés) verbe intransitif (latin populaire exclaudere, du latin classique excludere, chasser, rejeter) Conjugaison 1. Comme clore Remarque L'Académie, dans la 9e édition de son Dictionnaire, écrit il éclôt et il enclôt, comme il clôt, conformément à l'usage le plus courant. Dans les éditions précédentes, elle écrivait il éclot, il enclot, sans accent circonflexe. 2. Éclore se conjugue le plus souvent avec l'auxiliaire être ; toutefois on peut l'employer avec avoir pour marquer l'action : les œufs sont tout frais éclos ; les œufs ont éclos pendant la nuit. ● éclore (synonymes) verbe intransitif (latin populaire exclaudere, du latin classique excludere, chasser, rejeter) S'ouvrir, fleurir, s'épanouir
Synonymes :
- s'épanouir
Contraires :
- se faner
- se flétrir
Littéraire. Se manifester
Synonymes :
- naître
- s'éveiller

éclore
v. intr.
d1./d Naître d'un oeuf. Les poussins viennent d'éclore.
Par ext. S'ouvrir pour donner naissance à un animal (en parlant d'un oeuf). Les oeufs sont (ou ont) éclos ce matin.
d2./d Par anal. Commencer à s'ouvrir (en parlant des fleurs). Le soleil a fait éclore les résédas.
d3./d Fig., litt. Naître, paraître, se manifester. Les grands génies que ce siècle vit éclore.

⇒ÉCLORE, verbe intrans.
A.— [Le suj. désigne un animal ovipare, une nymphe] Sortir de l'œuf, du cocon. J'ai élevé des chenilles et fait éclore des papillons (BARRÈS, Cahiers, t. 1, 1896-98, p. 23). Aussi perplexe que la cane de la fable qui vit éclore un cygne, de l'œuf qu'elle avait couvé (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 140) :
1. Le fait est que l'oiseau chante
Et, puisqu'il éclôt d'un œuf,
Est-ce une chose étonnante
Que le chant sorte tout neuf,
Avec l'oiseau, de cet œuf?
JAMMES, De tout temps à jamais, Rhapsodie, 1935, p. 117.
P. métaph. [Le suj. désigne un être hum.] Faire son apparition, naître. L'âne ne savait pas par quel chemin de palmes Un jour il porterait jusqu'en Jérusalem (...) L'enfant alors éclos aux murs de Bethléem (PÉGUY, Ève, 1913, p. 833) :
2. ... « étrange que, sur toutes les possibilités d'êtres différents que Jacques portait en lui, celui-là seul, — ce composé-là, Jean-Paul [son fils], et aucun autre — ait trouvé sa forme, ait éclos à la vie... »
MARTIN DU GARD, Les Thibault, Épilogue, 1940, p. 835.
[Le suj. désigne un œuf, un cocon] Laisser sortir l'animal qu'il contient. N'importe quelle poule n'a pas la température d'aile suffisante pour faire bien éclore des œufs d'oie (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 45) :
3. Je n'avais jamais encore vu d'œufs de lézard. On est venu m'en apporter six (...). Ils étaient près d'éclore, et, de l'un d'eux que nous crevâmes, sortit un petit lézard tout formé...
GIDE, Journal, 1941, p. 91.
B.— P. ext. [Le suj. désigne une fleur en bouton, un bourgeon] S'ouvrir, se déplier. Une fleur fraîche éclose. La fleur de l'églantier sent ses bourgeons éclore. Le printemps naît ce soir (MUSSET, Nuit mai, 1835, p. 59) :
4. Les feuilles des marronniers profitent d'un moment où l'on ne faisait pas attention, pour éclore. Chaque année c'est la même surprise, le même ennui de s'être ainsi laissé surprendre. Le printemps vient à pas de loup, comme le Père Noël des enfants.
GIDE, Journal, 1932, p. 1123.
Emploi pronom. réfl., rare. Des primevères s'étaient écloses sur les glacis de granit rougeâtre (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 255).
P. méton. Commencer à fleurir.
♦ [Le suj. désigne une plante, un arbre] Les lilas allaient tous éclore. Aux arbres tardifs, les derniers bourgeons éclataient (RAMUZ, A. Pache, 1911, p. 192).
Littér. [Le suj. désigne le printemps] Avril éclôt. La montée universelle de la sève s'opère (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 31). L'hiver le plus rude n'empêchait pas alentour le printemps d'éclore (CHARDONNE, Dest. sent., Pauline, 1934, p. 89).
P. anal., littér. [Le suj. désigne une graine] Germer. Le grain sait quand il doit éclore, L'épi sait quand il faut mûrir! (LAMART., Harm., 1830, p. 453).
C.— Au fig. littér. (cf. naître)
1. [Le suj. désigne une chose concr., un phénomène visible] Devenir visible, apparaître. Contempler la nuit qui se fond dans les airs, (...) voir les étoiles éclore (LAMART., Harm., 1830 p. 333). Un phare à acétylène éclôt, aveuglant, et répand un dôme de jour (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 105) :
5. L'isard recherche le côté du levant; il veut voir le soleil éclore. Fait curieux : car l'homme aussi se tourne et s'établit face à l'est, vers la lumière naissante.
PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 33.
2. Commencer à exister.
a) [Le suj. désigne une chose concr. ou perceptible par les sens] Cf. aérien1 ex. 2. Un sourire aussitôt disparu qu'éclos (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 464). Il essuyait parfois, du bout du doigt, une larme éclose au coin de l'œil (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Lit, 1884, p. 258) :
6. ... il prenait son violon et se jouait (...) généralement de petites ariettes jaseuses, des airs de danses (...) qui éclosaient sous son archet...
GENEVOIX, Match à Vancouver, Laframboise et Bellehumeur, 1942, p. 34.
b) [Le suj. désigne une chose abstr., en partic. une manifestation de l'esprit hum.] Les mots sublimes n'éclosent pas dans les petites caboches des jolies filles (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Mots amour, 1882, p. 603). La civilisation (...) est éclose, il y a trois mille ans, par une conjonction de circonstances (...) nommée le « miracle » grec (BENDA, Trahis. clercs, 1927, p. 237) :
7. Les grandes inventions viennent à leur heure; elles demandent pour éclore d'être aidées par un climat favorable, par un appel. (...) elles ne surgissent qu'en réponse à une attente...
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 13.
c) [Le suj. désigne une pers. exerçant une activité gén. intellectuelle, artistique] Tout Arabe, et si pauvre soit-il, contient un Aladdin près d'éclore et qu'il suffit que le sort touche : le voici roi (GIDE, Si le grain, 1924, p. 597) :
8. Si le Livonien avait rencontré Mme Marneffe, au lieu de rencontrer Lisbeth Fischer, (...) il n'aurait certes pas travaillé, l'artiste ne serait pas éclos.
BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 59.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. a) Qq. ex. de l'emploi factitif trans., vx ou littér., avec le sens de « faire éclore ». Je rêve depuis trois mois à un drame symétrique, où les fantoches évolueraient réciproquement (...). Je viendrai l'éclore près de toi (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 141). Ô grande âme [du soleil], il est temps que tu formes un corps! Hâte-toi de choisir un jour digne d'éclore, Parmi tant d'autres feux, tes immortels trésors! (VALÉRY, Alb. vers anc., 1900, p. 91). b) Un ex. de l'emploi impers. Cf. aile ex. 111. 2. L'auxil. des temps composés est le plus souvent être, mais on trouve qq. ex. où l'auxil., p. anal. avec des verbes comme paraître, faire son apparition, est avoir. Cf. ex. 2.
Prononc. et Orth. :[], (il, elle) éclot [eklo]. Ds Ac. 1694-1932. Noter que Ac. écrit éclot, enclot sans accent circonflexe, alors qu'elle met cet accent sur clôt. Conjug. Ne s'emploie qu'à l'inf. et aux formes suivantes : à l'ind. prés. il, elle éclot, ils, elles éclosent, les formes j'éclos, tu éclos, nous éclosons, vous éclosez étant rares; à l'ind. fut. il, elle éclora, ils, elles écloront; au cond. il(s), elle(s) éclorai(en)t; au subj. prés. qu'il(s), qu'elle(s) éclose(nt); au part. prés., rarement, éclosant; au part. passé éclos, éclose (cf. GREV. 1964 § 701). Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 tant que lis matins est esclos (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4252); début XIIIe s. quant ses pulcinez a [le Pélican] esclos (GUILLAUME LE CLERC, Bestiaire, 543 ds T.-L.); ca 1393 se esclöent les œufs (Ménagier, II, 256, ibid.); id., les premiers espreviers [...] esclöent (ibid., 285); 2. 1240-80 au fig. on voit esclore (...) un grant mal (B. DE CONDÉ, Dits et contes, 66, 102, ibid.). Du lat. vulg. exclaudere, réfection d'apr. claudere « fermer, clore » de excludere « exclure, chasser, rejeter » (v. VÄÄN., § 205). Fréq. abs. littér. :641. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 518, b) 1 079; XXe s. : a) 749, b) 399.

éclore [eklɔʀ] v. intr.
CONJUG. il éclôt (Acad. : il éclot), ils éclosent; il éclora; il éclorait; qu'il éclose; éclos, éclose; éclosant; rare sauf au prés., inf. et p. p.
ÉTYM. V. 1170; du lat. pop. exclaudere, du lat. class. excludere « faire sortir ». → Exclure.
1 Sortir de l'œuf (en parlant d'un animal ovipare). Éclosion. || La poule couve ses œufs pour faire éclore les poussins. || Les poussins sont éclos, viennent d'éclore.Au p. p. || Oisillon à peine éclos. N. m. || Dernier éclos d'une couvée. Culot.
1 (…) la plupart des oiseaux sortent de l'œuf au bout de vingt et un jours; quelques-uns, comme les serins, éclosent au bout de treize ou quatorze jours (…)
Buffon, Hist. nat. des animaux, IX, t. I, p. 599.
2 (…) toutes les ambitions étaient éveillées, et chacun espérait devenir ministre : les orages font éclore les insectes.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 180.
Par ext. S'ouvrir (en parlant d'un œuf). || L'œuf est éclos. || Faire éclore des œufs. Incubation.Au p. p. || Œufs éclos.
Par métaphore (littér.). || Éclore à la vie, éclore (d'un être humain). Naître.
2 Par anal. S'ouvrir (en parlant d'une fleur en bouton); commencer à fleurir (végétal). Épanouir (s'), fleurir. || Les roses vont éclore (→ Carnaval, cit. 3).Au p. p. || Une fleur à peine éclose, fraîche éclose.
3 Avec les fleurs et les boutons éclos
Le beau printemps fait printaner ma peine (…)
Ronsard, Amours de Cassandre, I, CCXII.
4 (…) de même que le moissonneur tranche de sa faux une tendre fleur qui commence à éclore (…)
Fénelon, Télémaque, III.
5 Les coquelicots et les bluets éclosent dans des oppositions ravissantes.
Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature, V.
6 La fleur de l'églantier sent ses bourgeons éclore.
Le printemps naît ce soir; les vents vont s'embraser (…)
Musset, Poésies nouvelles, « Nuit de mai ».
3 (V. 1260). Fig. et littér. Naître, paraître. || Aube (cit. 7), vie qui vient d'éclore. Commencer. || « L'astre (cit. 7.1) à peine vient d'éclore… ». || Époque qui voit éclore de grands talents ( Apparaître, manifester [se], surgir), de belles œuvres. Produire (se).
7 Ainsi commencèrent à germer avec mes malheurs les vertus dont la semence était au fond de mon âme, que l'étude avait cultivées, et qui n'attendaient pour éclore que le ferment de l'adversité.
Rousseau, les Confessions, VI.
8 Il avait suffi de la chaleur des ailes de la renommée de Marengo et d'Austerlitz pour faire éclore des armées dans cette France qui n'est qu'un grand nid de soldats.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, p. 11.
9 J'ai compris quelle douleur peut éclore de l'amour, et quel aveuglement naître d'un regard.
Francis Jammes, Notes, p. 277.
10 La sympathie peut faire éclore bien des qualités somnolentes; je me suis souvent persuadé que les pires gredins sont ceux auxquels d'abord les sourires affectueux ont manqué.
Gide, Si le grain ne meurt, I, III, p. 80.
11 Son intelligence (de Mme de Staël) est passionnée, et, pour éclore, il faut à ses idées la température de l'enthousiasme.
A. Thibaudet, Histoire de la littérature franç., p. 46.
CONTR. Mourir, faner (se), flétrir (se), passer. — Avorter, disparaître, finir. (Du p. p.). Inéclos.
DÉR. Écloserie, éclosion.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • éclore — ÉCLORE. v. n. Il éclôt. Ils éclosent. Il éclôra. Il éclôroit. Qu il éclose. (Il prend l auxiliaire Être dans ses temps composés.) Il n est guère d usage qu à l infinitif, et aux troisièmes personnes de quelques temps. Il se dit De quelques… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • éclore — (é klo r ) v. n.    v. n. défectueux qui n a que les temps suivants : j éclos, tu éclos, il éclôt, nous éclosons, vous éclosez, ils éclosent ; j éclosais ; j éclôrai ; j éclôrais ; que j éclose ; éclos, éclose. L Académie met un accent… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉCLORE — v. n. (Ce verbe n est guère usité qu à l infinitif, et aux troisièmes personnes de quelques temps. On le conjugue avec l auxiliaire Être. Il éclôt, ils éclosent. Il est éclos. Il éclôra. Il éclôrait. Qu il éclose. ) Il se dit de quelques animaux… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉCLORE — v. intr. Sortir de l’oeuf, en parlant de Certains animaux. Voilà des poussins qui viennent d’éclore. La chaleur fait éclore les vers à soie. Mettre des oeufs de vers à soie au soleil, afin qu’ils éclosent. Les petits sont éclos. Il signifie aussi …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Éclore — III гр., (avoir) P.p.: éclos 1) Вылупливаться, трескаться (о скорлупе) 2) Расцветать, распускаться Présent de l indicatif j éclos tu éclos il éclôt nous éclosons vous éclosez ils é …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • éclore — vi. (ep. des poussins, des boutons de fleurs, de toute chose qui voit le jour...) : éklure / étlure, pp. éklu / étlu, ouha, ouhe (Saxel), éklyore, C. => klyore <clore> (Albanais.001), éklyi gv.3 (Cordon) ; ÉPÈLYÎ <casser la… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • dinodiñ — éclore …   Dictionnaire Breton-Français

  • diflukañ — éclore Sens figuré …   Dictionnaire Breton-Français

  • couver — [ kuve ] v. <conjug. : 1> • fin XIIe; lat. cubare « être couché » I ♦ V. tr. 1 ♦ (Oiseaux) Se tenir pendant un certain temps sur (des œufs) pour les faire éclore. ⇒ couvaison, couvée; incuber. Couvoir, nichoir, nid où l oiseau couve ses… …   Encyclopédie Universelle

  • éclosion — [ eklozjɔ̃ ] n. f. • 1747; de éclore 1 ♦ Fait d éclore. L éclosion d une couvée. « Entre l éclosion des œufs et l essor des oisillons » (Colette). 2 ♦ Épanouissement (de la fleur). L éclosion d une rose. 3 ♦ Fig. Naissance, apparition. L éclosion …   Encyclopédie Universelle